Domestiqué ou sauvage ? Que peut-on apprendre de l’éthologie pour le monde de l’entreprise?

Oct 15, 2015 by thierry Category: Management 0 comments

Domestiqué ou sauvage ? Que peut-on apprendre de l’éthologie pour le monde de l’entreprise?

Les chevaux peuvent-ils apprendre? Apprennent-ils tous de la même façon? Y a-t-il des périodes d’apprentissage plus propices?
Que peut-on apprendre du cheval pour notre environnement professionnel?

Un élément clé pour répondre à ces questions complexes est de distinguer d’abord si le cheval est domestiqué ou s’il vit à l’état sauvage.

Au niveau scientifique, le processus de domestication du cheval est permis par un mécanisme biologique appelé néotonie. La néotonie est la persistance – sous contrôle génétique – de certains caractères juvéniles qui disparaissent uniquement chez l’animal sauvage à l’âge adulte.Voici quelques exemples pour comprendre des caractères néotoniques :

  • Au niveau du comportement alimentaire: l’hypertrophie alimentaire provoque notamment une certaine tendance à l’embonpoint bien connu des chevaux domestiqués.
  • Au niveau du comportement de reproduction: le cheval domestique est en permanence en période de reproduction contrairement au cheval sauvage qui la régule en fonction de son environnement.
  • Au niveau de la sélectivité des mécanismes innés de déclenchement: l’animal sauvage reconnait avec précision ses propres congénères et n’accepte qu’eux. L’animal domestiqué pourra accepter comme « équivalent à un congénère » un individu d’une autre espèce, car ses mécanismes de sélectivité sont moindres. Le cheval domestiqué, à la différence du cheval sauvage, acceptera l’homme comme valant un congénère cheval. Le cheval est ainsi rendu domesticable par l’homme.
  • Au niveau de l’apprentissage: la néotonie permet au cheval un allongement quasi infini de la période de curiosité et de capacité d’apprentissage. Chez les cousins sauvages du cheval (le zèbre par exemple), l’apprentissage est réservé à la période juvénile c’est-à-dire que durant le reste de sa vie il vivra sur ses acquis.

Un cheval domestiqué a donc par essence envie d’apprendre toute sa vie. Mais heureusement ou malheureusement pour certains, le cheval n’apprend que d’une certaine manière. Nous vous en parlerons dans un prochain article.

Et nous, sommes-nous “domestiqués” ou “sauvages” ?
Nous avons d’abord tous un apprentissage “juvénile” qui s’exprime dans notre capacité à apprendre à marcher, à parler, à découvrir notre environnement immédiat, à comprendre le monde (les pourquoi des enfants de 2 ans)…
Et quand nous sommes adultes, apprenons-nous encore?
Regardez simplement l’engagement de vos collaborateurs dans leur vie privée:
Ils suivent des cours, s’impliquent dans le secteur associatif, visitent des musées, voyagent, apprennent de leurs enfants, …
Et vous où apprenez-vous et quoi?
Tous ces exemples montrent bien que nous sommes vraiment domestiqués et donc que nous avons la capacité intrinsèque d’apprendre toute notre vie.

Revenons maintenant au sein de votre entreprise en nous posant deux questions:

  • Quelle répartition avons-nous entre collaborateurs “domestiqués” et “sauvages”?
  • Qu’avons-nous mis en place pour avoir des collaborateurs “sauvages”

N’hésitez pas à commenter cet article sur Linkedin – profil Thierry Verwaerde.

N'hésitez pas à partager ce contenuShare on LinkedIn
Linkedin
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Print this page
Print

Sorry, the comment form is closed at this time.